La Roche du Diable

Impossible de l’éviter : sur la départementale 417, il faut passer par ce petit tunnel aux multiples légendes pour relier Gérardmer à Colmar. Il ne faut pas se fier à son nom : il offre un panorama de rêve.

La Roche du Diable sur la D417.

La Roche du Diable sur la D417.

Mais pourquoi diable est-on allé donner un surnom dépréciatif à ce joli petit tunnel de grès rose ? Bienvenue à la Roche du Diable, cette escale nécessaire sur la départementale 417, entre Xonrupt-Longemer et le col de la Schlucht. Il faut sortir de la voiture, se hisser au sommet de cette petite roche. À moins de se diriger directement vers une boutique de souvenirs construite en ce lieu improbable, le promeneur monte jusqu’au belvédère qui offre une vue resplendissante. À droite, le lac de Longemer. À gauche, le petit lac de Retournemer (on prononce « mère » dans les deux cas), un lieu bien nommé parce que le petit lac est situé dans un fond de vallée très agréable duquel on revient généralement sur ses pas.

La Roche du Diable sur la D417.

La Roche du Diable sur la D417.

Allez, on redescend vers la roche et son tunnel creusé lors de travaux impulsés par Napoléon III. Au diable, les légendes, on a percé la roche. Aujourd’hui encore, le lieu est sujet à de nombreuses histoires qui hantent les lieux. On raconte par exemple que le diable aurait ici, sur un caprice, décidé de s’approprier cette roche et aurait déclenché un terrible orage. La foudre se serait abattue sur le sommet et aurait fait éclater la roche qui serait tombée dans le fond du lac. Dans un secteur hanté d’elfes, de lutins, de troll, les ondines ont tenté vainement de remonter la roche à la surface de l’eau. Le diable en a profité pour la saisir et la marquer de son empreinte à jamais.

La Roche du Diable sur la D417.

La Roche du Diable sur la D417.

Tout ceci n’est peut-être que pure coïncidence, mais une autre légende raconte qu’en creusant le tunnel dans le grès tendre, on aurait découvert une petite cavité, identifiée comme l’antre du diable. Bigre. Bref, une visite s’impose. Mais attention, cela ne relève plus de la légende : ici, on ne laisse rien d’apparent dans les voitures durant la courte visite. Il paraît qu’il ne faut pas tenter le diable.

Il est possible de se rendre à pieds à la Roche du Diable. Par exemple depuis Balveurche où il est possible de rejoindre le site en une trentaine de minutes.

La Roche du Diable sur la D417.

La Roche du Diable sur la D417.

Pour les bons marcheurs qu’une forte et laborieuse grimpette ne rebutera pas, il est possible de monter depuis Retournemer. Mais il faut être bien équipé, avec de bonnes chaussures de marche. Et ce n’est pas l’idéal pour des marches en familles avec enfants. Une fois arrivé à la Roche, il est possible, pour les courageux de poursuivre le sentier balisé en rond jaune vers le col des harengs marinés (si si !), la Belle roche, puis redescendre en direction du lac de Longemer et remonter vers Retournemer.

La Roche du Diable sur la D417.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :