Le projet d’hôpital à Epinal revu pour faire des économies

Le chantier du nouvel hôpital d’Epinal est à l’arrêt depuis fin 2014. Le précédent appel d’offres a été jugé infructueux, il prévoyait un surcoût de 18% par rapport au budget prévisionnel (de 124 millions d’euros). Le projet a donc été modifié pour coûter moins cher. Explications.

Le chantier du nouvel hôpital d’Epinal va-t-il redémarrer d’ici la fin de l’année ? C’est l’ambition des parties prenantes du dossier alors que les travaux sont arrêtés depuis fin 2014 sur le plateau de la Justice, tout près de l’actuel centre hospitalier Emile Durkheim. Une suspension du chantier survenue suite aux étonnants résultats de l’appel d’offres. Les travaux auraient coûté 18% de plus que l’enveloppe prévue au départ, autour des 120 millions d’euros. Le projet a donc été revu pour coûter moins cher dans des temps où l’argent public ne coule pas à flot.

Le projet du nouvel hôpital d'Epinal.

Bâtiment déplacé de cinq mètres

On a donc chassé les coûts en modifiant ou supprimant certains équipements. Tout le bâtiment a également été déplacé de cinq mètres vers le nord pour l’écarter d’un talus de remblai. L’économie espérée tourne autour d’un million, un million et demi d’euros. Une mesure assez simple mais très efficace qu’explique Gilles Gollet, ingénieur général, chargé par l’agence régionale de santé du suivi du chantier :

“Si on est très proches du talus, il faut le retenir pour éviter que ça ne s’écroule sur les ouvriers. Si vous reculez le chantier, vous avez beaucoup moins de dispositions à prendre. On simplifie beaucoup toutes ces dispositions provisoires qui n’apportent rien à l’avenir puisqu’une fois le bâtiment construit, on remblaye. »

L’agence régionale de santé a aussi préconisé le développement des soins ambulatoires. A la clé, moins de nuits à l’hôpital et donc moins de besoins en lits. 70 lits ont été supprimés, il en reste tout de même 337. Mais cela a permis de supprimer une « dent » au bâtiment de l’hôpital qui est en forme de peigne.

Le projet du nouvel hôpital d'Epinal.

Faire jouer la concurrence

L’appel d’offres a aussi été revu en profondeur. Pour tirer les coûts vers le bas, on a aussi modifié les modalités de l’appel d’offres pour davantage faire jouer la concurrence entre les entreprises, comme l’explique Gilles Gollet :

“On avait à l’origine cinq lots, des macro-lots donc des lots très complexes où l’on additionne les savoir-faire. Là, on est passé à douze lots, ce qui permet de consulter des sociétés de taille plus petite, de répartir auprès de gens qui sont plus pointues donc on espère aussi obtenir de meilleurs prix, une meilleure concurrence ».

Si tout se passe bien, le chantier pourrait redémarrer en septembre-octobre pour une livraison espérée fin 2019. En attendant que cet édifice sorte de terre, l’hélistation qui permet aux hélicoptères de décoller et d’atterrir sur le site de l’hôpital est déjà en service. Un vrai gain de temps comme l’explique Vincent Blime, directeur du Samu des Vosges :

“La prise en charge des patients se fait directement au sein de l’hôpital au lieu d’être obligé d’aller se poser un peu plus loin sur l’aérodrome d’Epinal […] On passe d’une petite vingtaine de minutes à un peu plus de cinq minutes. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :