Le camp de concentration de Natzweiler-Struthof

Le camp de concentration de Natzweiler-Struthof est un camp de concentration allemand sur le territoire redevenu aujourd’hui français. Il eut une annexe en France à Thil (Meurthe-et-Moselle).

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Lors de sa création, l’Alsace et la Moselle avaient été annexées par le Troisième Reich. Il a été installé par l’ingénieur allemand Blumberg au Struthof, un lieu-dit sur les hauteurs de la commune de Natzwiller (Bas-Rhin), durant la Seconde Guerre mondiale. Son nom allemand était KL Natzweiler-Struthof et il se nomme à nouveau ainsi. Les initiales KL signifient Konzentrationslager, soit en français « camp de concentration ». Le site est classé «Haut lieu de la mémoire nationale» depuis 2014.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Un camp de concentration nazi en Alsace

Peu après l’annexion de l’Alsace et de la Moselle par le Reich nazi, Himmler, alors chef de la Gestapo, et Oswald Pohl, chef principal d’économie de la SS eurent l’idée d’installer des camps à proximité des carrières afin d’y faire travailler les déportés dans le cadre de la Deutsche Erd- und Steinwerke (DEST), entreprise minière SS créée par Himmler. C’est au cours d’un voyage d’observation qu’Albert Speer, architecte du Reich, nota la présence dans la région d’un granit rose extrêmement rare. La décision fut alors prise d’y installer un camp visant à l’extraction du granit par les déportés. C’est le géologue colonel SS Karl Blumberg qui trouva le meilleur site pour l’extraction dudit granit et qui détermina l’emplacement du futur camp.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Sous le nom de « KL Natzweiler-Struthof », le camp est officiellement ouvert le 21 avril 1941. Environ 80 SS en assurent l’encadrement et l’administration. Prévu initialement pour recevoir un total de 2 000 prisonniers, le camp-souche du KL en compte près de 7 000 à la fin du mois d’août 1944. Il comprend aussi environ 70 kommandos, camps annexes répartis en Alsace, en Moselle, et surtout en Allemagne.

Le Struthof fonctionne jusqu’à son évacuation par les SS au début du mois de septembre 1944, face à l’avance des troupes alliées. Le 23 novembre 1944, la 6e armée américaine pénètre dans un KL totalement vidé de ses occupants, répartis dans d’autres camps de concentration (notamment celui de Dachau) ou kommandos. Le KL Natzweiler-Struthof est le premier camp de concentration nazi découvert par les forces alliées à l’Ouest de l’Europe.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Après l’évacuation du camp-souche, l’administration SS s’installe dans le camp annexe de Guttenbach. Les kommandos du Struthof situés à l’est du Rhin continuent de fonctionner, toujours sous la dénomination de KL Natzweiler-Struthof, et à recevoir de nombreux déportés jusqu’à la capitulation allemande.

À l’instar des camps de Mauthausen et de Gusen, le KL Natzweiler-Struthof était classé « Camp de niveau III » (Lagerstufe III), ce qui signifiait qu’il était destiné à être l’un des camps les plus durs du système concentrationnaire. Son objectif était l’anéantissement des « ennemis politiques incorrigibles du Reich ».

Le nombre total de déportés qui ont été internés dans le camp même ou l’un de ses kommandos est estimé à environ 52 000. Ils sont en majorité originaires de Pologne, d’Union soviétique, puis de France, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Norvège. Des milliers de Juifs, pour la plupart originaires de Hongrie et des ghettos de Pologne, sont internés à partir de 1944 dans des kommandos extérieurs au camp-souche.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Les conditions inhumaines de travail et de détention, la malnutrition, les sévices des kapos et des SS ainsi que les nombreuses exécutions par balle ou pendaison ont provoqué la mort d’au moins 22 000 détenus. Entre la fin mars et la fin avril 1945, l’évacuation des derniers kommandos du KL-Natzweiler, lors des « marches de la mort », a coûté la vie à environ 5 000 déportés.

Dirigé d’octobre 1942 à mai 1944 par le sinistre Joseph Kramer, le Struthof est avec Mauthausen l’un des camps les plus meurtriers du système concentrationnaire nazi, avec un taux de mortalité de plus de 40 %.

Les exécutions massives

Le camp a par ailleurs servi de centre d’exécution pour de nombreux résistants issus de la majeure partie des pays occupés par l’Allemagne nazie et condamnés par la Gestapo. Le déporté Aimé Spitz témoigne : « Hors du camp, à quelque 100 mètres, se trouvait une sablière. C’est là qu’environ cinq cents camarades furent fusillés, soit à coups de mitraillette, soit à coups de revolver dans la nuque. Un soir de printemps 1944, après 18 heures, onze Luxembourgeois appartenant à la Résistance furent fusillés dans cette sablière. Ce genre d’exécution, ordonnée par le ministère de la Sûreté d’État de Berlin, avait lieu le soir après l’appel. Chaque fois que nous apercevions le soir des arrivants devant la Schreibstube (secrétariat du camp), nous savions qu’il s’agissait d’une Sonderbehandlung (traitement spécial). Ce genre de détenus ne figurait pas, la plupart du temps, dans le fichier du camp. Ils étaient amenés par la Gestapo pour être exécutés. Leurs corps étaient ensuite transportés au crématoire, de sorte qu’il n’y avait de trace nulle part. »

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Les exécutions de ce type ne sont en effet la majeure partie du temps pas répertoriées dans les registres du camp, ce qui rend difficile, voire impossible, le comptage rigoureux et l’identification des victimes.

Peuvent néanmoins être mentionnés les faits suivants :

* En 1943, treize jeunes gens originaires de Ballersdorf dans le Haut-Rhin sont fusillés à la carrière pour avoir refusé leur incorporation de force dans la Wehrmacht et tenté de quitter la zone annexée ;
* Quatre femmes, deux Britanniques et deux Françaises, agents du Special Operations Executive, un service secret britannique, sont exécutées par injection le 6 juillet 1944. Une plaque commémorative apposée à l’entrée de la chambre à gaz (située à 2 km en contrebas du camp de Strutof) rappelle leurs noms : Diana Rowden, Vera Leigh, Andrée Borrel et Sonia Olschanezky ;
* Dans la nuit du 28 au 29 juillet 1944, un avion anglais Lancaster s’écrase au pied du mont Sainte-Odile. Le sergent F. H. Habgood (21 ans) a sauté en parachute de l’avion avant qu’il ne s’écrase et atterrit au Langen Weg, à Ottrott. Il est alors pris en charge par la population pour être remis à la Résistance. Dénoncé à la Gestapo, il est interné au camp de Schirmeck, d’où il parvient à s’échapper. Le SS Peter Straub le capture à Niederhaslach et le fait exécuter par pendaison le 31 juillet 1944 au KL Natzweiler-Struthof. Son corps n’a jamais été retrouvé ;
* Face à l’avancée des troupes alliées, les SS commencent à massacrer systématiquement certains détenus, particulièrement les résistants français, qui arrivent en grand nombre au camp.

Ainsi, dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1944, 107 résistants du Réseau Alliance et 33 membres du Groupe mobile Alsace-Vosges sont envoyés au Struthof pour y être exécutés d’une balle dans la nuque, puis immédiatement incinérés dans le four crématoire. En trois jours, ce seraient 392 prisonniers (92 femmes et 300 hommes) qui auraient été assassinés au Struthof, parmi lesquels le maire de la ville de la Rochelle le colonel Léonce Vieljeux.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Les « expériences médicales »

Le camp est aussi connu pour des « expériences » pseudo-scientifiques qui y furent pratiquées sur des détenus. À cet effet avait été aménagée une salle de dissection.

Une chambre à gaz était située en contrebas du Struthof ; elle a été construite par la Waffen-SS les 3 et 12 août 1943 dans une dépendance de l’ancien hôtel. Elle est utilisée du 11 au 19 août 1943 pour l’exécution de détenus juifs : 57 hommes et 30 femmes, internés à Auschwitz, sont envoyés au camp du Struthof pour y être assassinés avec des sels cyanhydriques. Une femme ayant été préalablement exécutée par balle pour rébellion, ce sont finalement 86 personnes de « race juive » qui sont gazées personnellement par le commandant SS du camp, Joseph Kramer.
Lors de son procès Kramer ne parle pas des classiques petits cailloux gris bleuâtre qui servent à décrire le Zyklon B, mais d’une poudre blanche dans un flacon que lui a donné August Hirt, et il a fallu un écoulement d’eau pour obtenir un dégagement gazeux ; selon Kogon, il s’agit probablement d’un autre composé cyanhydrique concocté par Hirt, cyanure de potassium ou de sodium avec un acide organique, cette composition dégageant de l’acide cyanhydrique en présence d’eau. Le professeur August Hirt, SS-Hauptsturmführer et proche de Heinrich Himmler, avait pour objectif à travers ces gazages de constituer une collection de « crânes de commissaires bolcheviks juifs » pour l’Institut anatomique de Strasbourg, avant que « la race juive » ne soit anéantie ; en effet, Himmler « faisait des études sur les crânes de « commissaires judéo-bolchéviques » destinés à permettre une définition typologique du « sous-homme » ». Hirt mena aussi de nombreuses expérimentations sur l’utilisation du gaz moutarde.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

La chambre à gaz a été par la suite utilisée pour quinze expériences de toxicité du gaz phosgène par un virologiste, Otto Bickenbach, sur des détenus de droit commun et des Roms.

Un autre médecin SS, le professeur Eugen Haagen, a pratiqué au Struthof des injections de lèpre, peste et autres maladies sur des détenus de manière à observer les effets de ces contaminations ; plusieurs traitements étaient essayés pour une même maladie. L’expérience terminée, si les sujets n’étaient pas morts, ils étaient assassinés et incinérés.

Afin de mener à bien ses expériences sur le typhus, Von Haagen se fait aussi remettre environ 200 Roms arrivés directement d’Auschwitz au Struthof durant les mois de novembre et décembre 1943. Début 1944, les Tziganes sont mis à sa disposition. 150 d’entre eux sont immunisés contre le typhus exanthématique, les 50 restants étant réservés comme témoins. À l’ensemble des 200 cobayes est ensuite inoculé par scarification au bras le germe du typhus.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Les diverses séries d’expériences font des centaines de victimes parmi les déportés du camp. Elles entraînent en outre une épidémie de typhus durant l’année 1944.

Les déportés Nacht und Nebel (NN)

Le KL-Natzweiler reçoit à partir de 1943 de nombreux déportés Nuit et brouillard. Ceux-ci proviennent de toute l’Europe et sont soumis en tant qu’opposants à l’Allemagne nazie à un régime particulièrement cruel.

À titre d’exemple, on peut citer le cas des déportés Nacht und Nebel norvégiens du Struthof, arrivés au camp entre le 15 juin 1943 et le 2 septembre 1944. Sur un total de 504 déportés, seuls 268 ont survécu et pu rejoindre la Norvège après la guerre.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

À propos des déportés « Nacht und Nebel », le Dr Goude, rescapé du camp du Struthof, témoignera plus tard :

« J’arrivai au camp du Struthof le 19 mai 1944 avec un groupe de sept intellectuels. À notre entrée nous fûmes tout de suite impressionnés par nos frères de misère. Leurs démarches d’automates, la fixité de leurs regards, leur aspect squelettique indescriptible et inégalé ailleurs. J’ai connu beaucoup de camps (Buchenwald, Natzwiller, Wesseling, Dachau, Auschwitz), nulle part je n’ai ressenti de pitié plus douloureuse qu’au Struthof. Ce qui nous intrigua dès l’abord, ce furent d’immenses lettres : N N barbouillées en rouge sur les vêtements… »

C’étaient des hommes complètement retranchés du monde civilisé. Ils ne recevaient ni courrier, ni colis, ni nouvelles extérieures. C’était l’abrutissement complet, le travail forcené, la furieuse brutalité des kapos et des chefs de blocks. Les détenus ne bénéficiaient pas des cinq heures effectives de sommeil ; la vermine se chargeait de les troubler. Le repos dominical de l’après-midi était supprimé. Mais, en revanche, la schlague toute la journée — les chiens constamment sur les talons — la hantise de la moindre défaillance, la pitance diminuée, l’absence totale, au début, des soins médicaux, les redoutables expériences, dites scientifiques, des greffes humaines et des chambres à gaz.

Le 24 septembre 1943, Himmler donne l’ordre aux commandants des KL de transférer au Struthof tous les déportés NN qu’ils détiennent. Cet ordre est renouvelé le 20 mai 1944, mais ne sera jamais complètement exécuté.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Le camp de concentration du Struthof.

Détenus notoires

Parmi les détenus célèbres, on peut noter l’écrivain slovène Boris Pahor, ou encore les Norvégiens Trygve Bratteli et Kristian Ottosen.

Ont aussi été déportés au camp du Struthof :
* le général Aubert Frère, fondateur de l’Organisation de résistance de l’Armée, qui y mourut d’épuisement le 13 juin 1944 ;
* le général Charles Delestraint, chef de l’Armée secrète qui y séjourna avant d’être transféré à Dachau ;
* le général Paul Jouffrault chef d’État-major de l’Armée secrète en Zone Sud, mort au Struthof le 5 juin 1944.

On peut signaler enfin l’internement provisoire au Struthof, avant leur transfert à Dachau face à l’avance des forces alliées, de l’évêque de Clermont-Ferrand Gabriel Piguet (seul prélat français à avoir été déporté), du prince François-Xavier de Bourbon-Parme et du futur député SFIO Léon Boutbien.

Le camp après la guerre

La guerre finie, le Struthof devient un centre provisoire de détention pour prisonniers de guerre et collaborateurs condamnés par la justice française. L’un des premiers directeurs de ce centre fut Jean de Poligny, alias capitaine Rivière, qui était un ancien résistant jurassien, l’un des fondateurs du Groupe Mobile Alsace (GMA) Vosges.

S’y entassent environ 2 000 détenus : des anciens de la Légion des volontaires français, de la Division Charlemagne, des membres de partis collaborationnistes (Parti populaire français, Rassemblement national populaire, Parti franciste etc.), des auxiliaires français de la Gestapo, mais aussi des fils de dignitaires du Régime de Vichy et de collaborateurs. Parmi ces détenus, on peut citer Pierre Sidos, le futur créateur des mouvements d’extrême droite Jeune Nation, Occident et l’Œuvre française.

Source : Wikipédia.

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site internet de mémoire du camp.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :